EXCEPTIONNELLEMENT IL N'Y AURA PAS DE REPRÉSENTATION LUNDI 23/5! Nous jouerons jusqu'au 29/5, du jeudi au lundi à 20h30 sauf le dimanche, à 16h! Merci! 

Trois courtes pièces de Georges Courteline...

Une coproduction de la Compagnie Sloon et du Théâtre de la Flûte Enchantée Mise en scène de Jessica De Sloovere et Gérard Gianviti Avec Marie Depret, Jessica De Sloovere, Gérard Gianviti et Yves Nollet

La Peur des Coups

Scène de jalousie réglée comme un protocole puisqu'elle se reproduit après chaque soirée pour un mari et sa femme. Devançant les injures, elle termine les phrases de son mari qu'elle connait par coeur.

La Paix chez Soi

Edouard Trielle n'en peut plus. Toute sa vie, il compte : les lignes des feuilletons idiots qu'il écrit pour vivre, l'argent qu'il gagne à la sueur de sa plume, les affronts de sa jeune et jolie femme, Valentine, qui dépense libéralement le budget du ménage et l'enquiquine, lui, Edouard Trielle, autant qu'elle peut... Mais c'en est fini de subir ! Trielle a trouvé une solution à ses problèmes, qui va surprendre Valentine... Quand Courteline évoque avec drôlerie et à fleur de peau les malheurs d'un homme de lettres, le plat se déguste sans modération !

Les Boulingrin

Des Rillettes est un pique-assiette qui pense trouver chez les Boulingrin le lieu idéal pour satisfaire son bien-être et passer un hiver agréable, mais il ne se rend pas compte que les Boulingrin vont s'amuser avec lui comme un chat joue d'une pelote de laine.

Du 11 au 29 mai

Représentations du jeudi au lundi à 20h30 sauf le dimanche à 16h.

EXCEPTIONNELLEMENT IL N'Y AURA PAS DE REPRÉSENTATION LUNDI 23/5!

 

“Courtes lignes” pétillantes !


11 May 2022 Audry Hantson Critiques Presse Théâtre De Georges Courteline

Une coproduction de la Compagnie Sloon et du Théâtre de la Flûte Enchantée Mise en scène de Jessica De Sloovere et Gérard Gianviti Avec Marie Depret, Jessica De Sloovere, Gérard Gianviti et Yves Nollet

Dates et réservations : http://lafluteenchantee.be/

Trois mignardises, trois bouchées, trois dégustations que nous avons adorées. Un même thème, trois variations sur trois tempos différents.

Un couple dans un intérieur douillet, voilà le cadre planté, une sorte de base commune à ces trois petites pièces. Une vie paisible aurait pu y résider, mais la troupe de la Flûte enchantée et Courteline ne l’entendent pas de la sorte et ne laisseront pas les protagonistes y poursuivre leur petite vie bourgeoise bien rangée, non. Tant mieux pour nous !

Trois moments de basculements délirants que vous allez pouvoir suivre en direct. C’est ça la magie du théâtre (et toc, Netflix va te rhabiller). Le vaudeville, le théâtre de boulevard ont leurs règles et elles sont ici superbement mises en œuvre, superbement jouées.

Acte 1. Un mari prévisible mais courageux… enfin tant qu’il reste chez lui. Nous connaissons tous, pour ne pas dire nous sommes peut-être tous un peu, des personnes plus vantardes que vaillantes qui, à l’approche du pas de porte de notre cocon, laissons finalement à la maison, bien au chaud, nos plus chères convictions… Nos interprètes “courteliniens” nous le disent sans détour et s’en moquent gentiment, mais sincèrement ! Drôle et consternant de réalisme.

Acte 2. Une épouse frivole sachant dépenser pousse dans ses phobies son homme de lettres sachant compter… L’argent toujours l’argent. Les personnes qui se plaignent à tue-tête d’oppression sont souvent elles-mêmes opprimantes. Un jeu de miroir déformant où le vrai manipulateur n’est pas forcément celui qui emploie de grands moyens, de belles phrases. Parfois les petits maux peuvent, en un instant, faire vaciller une garde bien serrée. Nos comédiens en “courtes lignes” jouent ici sur les sentiments ou plutôt l’absence de ceux-ci, avec un plaisir sournois, dérangeant, intrigant, que l’on adore !

Acte 3. Un couple à couteaux tirés encadre un pique-assiette patenté… Une petite incision de quelques instants dans notre “belle” société, dans les rapports humains de la “haute”. Un couple aisé va recevoir un homme fort courtois, fort mondain… trop sans doute pour être honnête, bref un profiteur quoi. Mal lui en prit, il arrive au plus mauvais moment, le couple est en dispute…. et le mot est faible vous le constaterez!

 

Un Splendid pour Bruxelles.

Toutes les parties de cette pièce composée en trois articulations sont succulentes. En réunissant les quatre comédiens, la dernière saynète constitue le point d’orgue qui couronne à merveille ce moment de plaisir.

Tout à fait dans ce que le Splendid aurait pu proposer à son apogée et loin d’en être une copie nous y voyons beaucoup de parallèles avec le célèbre Père Noël parisien… (si vous faites les mêmes parallèles, n’hésitez pas à nous le dire de votre côté) et c’est drôlement bien.

On en redemande. Des caricatures, des situations drôles, des échanges tellement prenants que nous nous y plongeons la tête la première, sans y réfléchir, le tout poussé par un crescendo brillamment maitrisé par les comédiens… Nous nous retrouvons donc témoins d’instants de vie loufoques et improbables mais que nous prenons un réel plaisir à vivre avec eux. Avec un plan final qui laisse la place à l’imaginaire… qui pourra dénouer le vrai rôle de chacun ?

Aucun temps mort durant cette soirée, les répliques superbement construites par Courteline fusent et font mouche dans la bouche de chacun des personnages, un jeu très équilibré entre chaque comédien, un très haut niveau de prestation. Un français vivant et chatoyant comme on aime à l’entendre, très bien lancé et relancé.

Une mise en scène simple mais impeccable tirée au cordeau pour laisser la place, pour laisser un “boulevard” au théâtre de l’humour.

Allez-y avec des amis, c’est un superbe moment de détente et de rire, un très bon tremplin pour poursuivre dans le quartier par un bon verre ou un bon repas en évoquant ces courtes lignes drôles à souhait.

EXCEPTIONNELLEMENT IL N'Y AURA PAS DE REPRÉSENTATION LUNDI 23/5!